JOB

Le Concept Store Specialized de Nantes recherche pour renforcer son équipe un vendeur cycle.

La personne devra être polyvalente, autonome, et justifier d’une expérience de deux ans minimum dans un poste similaire.

Ses missions principales seront l’accueil, la vente et le merchandising de l’espace de vente.

Poste en CDI,

Rémunération suivant expérience et évolution possible.

Envoyé CV et lettre de motivation à : benoit.orillard@orange.fr

Concours vidéo

Attention, Il ne reste que 15 jours pour participer au concours videos DéFISE By red de SFR.FR et tenter de gagner un max de lots : 6000€ de dotations financières, 12 samsung galaxy note, 4 sejours Hotel et forfait en Andorre, des protections TSG et des forfait téléphoniques. Toutes les informations complémentaires sur : http://fise.fr/fr/competitions/pres-defise-by-sfr-l-etape-100–digitale-de-la-fise-xperience-40.html .
A vos caméras, ça vaut vraiment le coup et en plus cela concerne toutes les pratiques sportives…

Les gorges de la Nesque avec Anne-Caroline Chausson

Les romans aspirent souvent l’âme des lecteurs et sont la conjugaison d’idées, d’images, d’histoires dont l’alchimie envahit… jusqu’à la dernière page. Bercé dans de douces rêveries, le lecteur pourrait en oublier le temps qui passe…
Par Mathieu Brot (Bikeaptitude)

Dans la droite ligne de ces enchantements littéraires, il est des lieux où Dame Nature, dans une exubérance absolue, dépose au creux de nos crampons de vététistes la trame d’un roman dont la perfection de l’histoire n’a d’égal que celle du lieu. Imaginez-vous lisant une quatrième de couverture où dans le rôle du personnage principal nous trouverions Anne-Caroline Chausson, un lieu emblématique de la Provence, des singletracks s’étirant à perte de vue, des aplombs et surplombs à couper le souffle (et les jambes) et une fine équipe pour guider notre wild card du jour.

Les petits matins de la fin août hésitent entre moiteur de l’été et fraîcheur automnale. Les gorges de la Nesque jonglent également entre la pénombre tenace de la nuit passée et la promesse d’un soleil rieur. A la descente du véhicule, nos grises mines semblent en faire de même. Une paupière lourde de sommeil d’un côté, un oeil pétillant de l’autre. Mais l’hésitation est brève.

Au coeur des gorges
Le lieu nous submerge. La providence matinale nous a déposés au Castelleras, belvédère routier des gorges. Ici, c’est une verticale de 300 mètres qui se déploie sous vos pieds. Le Rocher du Cire nous fait face en même temps qu’il nous surplombe d’une grosse centaine de mètres. Ambiance verticale assurée ! Anne-Caro s’imprègne de ces gorges majeures dans le paysage de Provence. Le Verdon n’a qu’à bien se tenir.

Les gorges de la Nesque saignent le Vaucluse d’est en ouest, entre le village de Monieux et celui de Villes-sur-Auzon. On ne les aperçoit de nulle part, pas même du haut de leur gardien : le Mont-Ventoux. En effet, cette insondable fêlure joue la discrétion et seule la route qui les parcourt peut faire prendre la mesure du site. L’empressement est maintenant là. Le décor du roman est posé. Le casting n’est pas en reste.

Nous nous laissons glisser par la route, juste le temps d’humer cette Provence secrète. Une forme de paix des braves en terre des papes avant les hostilités. Inspiration profonde, le singletrack plonge dans l’abysse. Trop tard, le refus d’obstacle est banni. Le souffle d’Anne-Caro dicte mes trajectoires, fierté masculine oblige. Le jeu de funambule est jouissif mais dangereux. Le pilotage est heurté, crispé et la peur au ventre nous empêche de laisser libre cours à nos envies.[…]

Retrouvez l’intégralité de l’article et toutes les photos dans le n°275 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Découverte : L’Ardèche et la Vallée de l’Eyrieux

ardeche-vttCoincée entre l’Ardèche verte du Haut-Vivarais et l’Ardèche méridionale, les Boutières – région montagneuse située à l’est du Massif central – font partie des monts du Vivarais. Un paysage rude, adouci par des vallées profondes et agréables comme celle de l’Eyrieux.
Texte et photos : William Fautré

La beauté et les richesses naturelles des Monts d’Ardèche ne sont pas encore assez reconnues par les amateurs du VTT nature. Pourtant ce territoire unique et sauvage regorge de sentiers sauvages. De plus, ces grands espaces sont facilement accessibles depuis les trois plus grandes villes françaises. Lyon bien sûr, mais aussi Marseille et Paris : 2h15 mn de train, depuis la capitale, pour arriver en gare de Valence TGV. La création en 2013, de deux nouveaux espaces VTT/FFC et le projet d’une nouvelle traversée de l’Ardèche nord-sud, nous inciteront sans doute à venir plus souvent dans cette région de moyennes montagnes.

Ce mois-ci, je vous propose de partir à la découverte d’un pays situé au coeur d’une Ardèche préservée. Pour l’atteindre, remontons, depuis Valence, la magnifique vallée de l’Eyrieux en direction du Cheylard. Une destination verte à l’écart des grands courants touristiques, bien loin du flux compact de voitures qui s’entassent, pare-chocs contre pare-chocs, sur l’autoroute de la vallée du Rhône. Le VTT a besoin d’espace pour s’épanouir et ici l’espace ne manque pas. Il suffit de s’extraire de la vallée, de gravir les pentes des collines environnantes qui dominent la ville du Cheylard pour mesurer l’étendue du paysage. A l’ouest, le Gerbier de Jonc et le Mont Mézenc s’érigent en sentinelles à l’horizon. Au sud Privas, première porte du Parc Naturel, annonce l’Ardèche du sud plus méditerranéenne. Nos parcours évolueront également aux abords du plateau ardéchois où chaque année en juin, des milliers de cyclistes se rassemblent sur ces routes de montagne pour participer à l’épreuve mythique de l’Ardéchoise.

La vallée de l’Eyrieux est bien paisible. Une balade sur la Dolce Via – une voie douce réaménagée sur le tracé de l’ancienne voie ferroviaire – nous replonge dans un passé prospère, marqué par le développement économique de cette vallée au XXe siècle. Tout au long de son parcours qui procure de magnifiques vues sur la rivière de l’Eyrieux, on aperçoit de nombreux témoignages de l’activité importante de cette vallée qui était au début du siècle dernier liée à la soie, l’arboriculture mais aussi l’exploitation minière et industrielle.

A mon arrivée au Cheylard, le soleil et la chaleur estivale n’ont pas encore atténué la verdure des frondaisons. Le couvert forestier s’étage uniformément sur les pentes qui dévalent vers la petite bourgade et sa vallée. Je retrouve de bon matin les vététistes du sympathique Vélo Club du Cheylard. Six garçons motivés, en tenue noir et rouge, dont Nicolas Garnier, du magasin Boutières Loisirs, qui me prête gentiment un VTT pour ce reportage. Cette bande de copains va m’accompagner sur les itinéraires balisés de l’espace VTT. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°275 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.