Specialized communique sur l’avenir des tailles de roues

NOTRE POSITION – PLUS GRAND C’EST L’IDÉAL ; SAUF DANS CERTAINS CAS.
Nous croyons sans faille aux grandes roues.
Quand elles sont parfaitement conçues, et qu’elles équipent des vélos aux géométries en adéquation avec la pratique alors les vététistes doivent plébisciter les plus grandes roues. Nos 29’’ sont rapides, stables et maniables, mais attention tous les 29’’ ne sont pas sur un pied d’égalité. La gamme Specialized est spécifique et a réussi à gommer les côtés négatifs d’un diamètre de roue plus grand.
Comment ? En proposant des vélos légers qui apportent un réel plaisir de pilotage. Depuis la gamme de vélos et équipements Loisir, jusqu’aux modèles vainqueurs en Coupe du Monde XC ou encore les vélos All-Mountain, pour les hommes et pour les femmes, les 29’’ Specialized offrent un avantage qui n’est plus à prouver.
Toutefois, nous avons conscience que tous les pratiquants ne souhaitent pas rouler en 29’’, c’est pourquoi nous allons continuer à proposer une taille de roue plus petite.
Aussi, nous sommes très heureux de vous annoncer le lancement de notre tout premier modèle en 650b, qui bénéfiecie d’une géométrie spécifique à la pratique et à ce nouveau diamètre de roue, le Stumpjumper FSR EVO 650b.

POURQUOI LE 650b MAINTENANT?
Le 650b procure un avantage sur le 26’’ en termes de stabilité, de franchissement et d’adhérence. De plus, notre priorité étant la satisfaction de tous les pratiquants, certains nous ont demandé cette catégorie de vélos. Nous ne ralentissons pas pour autant nos efforts d’innovation sur les 29’’, au contraire, car nous y croyons.
Toutefois, il existe deux cas de figure précis à considérer avec les roues plus petites, potentiellement plus légères et plus rapides à l’accélération, et ils font sens pour certaines catégories de pratiquants.

L’aspect ludique: quand un vététiste est avide de changements rapides de direction, les roues plus petites peuvent donner la sensation d’un surcroît d’agilité. Gardez à l’esprit que nos géométries 29’’ actuelles offrent des bases arrière plus courtes que la plupart des 650b actuellement sur le marché.
L’aspect esthétique: certains pratiquants ressentent une gêne par rapport à la taille des roues selon la taille du vélo. Nous offrons pour cela un vélo en 650b avec un dégagement à l’entrejambe plus bas. Les nouveaux pratiquants notamment peuvent être intimidés par le look d’un vélo en 29’’.

Pour ces raisons-là, nous disons que « PLUS GRAND C’EST L’IDÉAL ; SAUF DANS CERTAINS CAS.”

IL Y AURA-T-IL 3 TAILLES DE ROUES CHEZ SPECIALIZED?
Les roues de 26’’ joueront un rôle de moins en moins important dans le futur. Tout ne disparaîtra pas d’un coup, mais attendez-vous à voir progresser l’offre de vélos et d’équipements en 650b. Nous parlons de 650b parce que c’est leur taille réelle. La dénomination 27.5 est trompeuse car le diamètre ne se situe pas exactement au milieu de 26’’ et de 29’’.
Nos chefs produits Pneus vous ont déjà présenté les pneus 650b, tandis que l’équipe Roval travaille sans relâche pour vous offrir les meilleures roues dans ce diamètre.
Notre poursuivons toujours le même but qui est de vous proposer les vélos et équipements les plus aboutis pour satisfaire le pratiquant et soutenir vos entreprises.

 

Préparer une course marathon longue durée

Rouler plusieurs jours de suite, accumuler les kilomètres et les dénivelés, s’entraîner sérieusement pour participer à des courses mythiques au bout du monde et les terminer dans les meilleures conditions… C’est ce que nous vous proposons de découvrir grâce à notre spécialiste Jean-François Bossler, grand vainqueur de la fameuse Cape Epic…
Par Jean-François Bossler – Photos : Alexandre Cappi & Dan Mazilu

Les courses VTT sont de plus en plus scindées en deux grandes catégories : le cross-country olympique sur des circuits en boucle courte, physiques et techniques – voire dangereux ces derniers temps…) qui rassemble l’élite, et les marathons sur une seule grande boucle de plus de 80 km qui regroupe la masse des vététistes qui peuvent profiter du paysage. Depuis une dizaine d’années, fleurissent quasiment dans chaque pays des organisations qui mettent les participants au défi d’enchaîner une semaine de marathon ; la plus célèbre est la Cape Epic en Afrique du Sud – huit jours, 800 km et 16 000 mètres de dénivelé positif – qui fait partie des rêves de nombreux pratiquants.

Témoignage de la Cape Epic
Mais quelles peuvent être les motivations qui poussent certains d’entre nous à rouler une semaine entière jusqu’à l’épuisement ? Même s’il y a une part de masochisme, participer et terminer une telle épreuve va au-delà de tout ce que vous avez pu connaître lors de coupes régionales. Un Roc d’Azur paraît fade après une telle aventure. Une Cape Epic rassemble 1 200 coureurs, du professionnel champion du monde, tel Nino Schurter, à votre compagnon de rando du dimanche, et ce pourrait être vous aussi. Quarante-deux pays représentés, des dîners où tous se retrouvent, une énorme organisation qui vous prend en charge et vous permet de ne plus penser qu’à pédaler, manger et dormir. Des centaines de kilomètres de sentiers à découvrir et des paysages à couper le souffle, voilà la récompense des heureux chanceux qui oseront se présenter au départ d’un tel défi. De plus, ces courses ne s’effectuent que par équipe de deux, vous pourrez partager cette aventure avec votre meilleur ami ou votre femme, ce qui renforcera encore les émotions. Le VTT n’est plus une pratique individualiste mais il devient un sport d’équipe, c’est une autre dimension.

Préparation – étape 1
Maintenant, il s’agit de choisir sa première expérience marathon par étapes. La Cape Epic est le must mais se déroule fin mars en Afrique du Sud et nécessite un budget équipe de plus de 6 000 euros hors vélos. Il existe d’autres compétitions de ce type en Europe comme l’Andaluccia Bike Race (400 euros par équipe + le déplacement) ou le Sudety MTB Challenge en Pologne, du 27 juillet au 1er août en six étapes pour 390 km à des prix bien plus raisonnables et des distances de course moins effrayantes. Une préparation à ce type de course peut se faire en trois mois si vous êtes déjà en bonne condition physique.

Un mois de décembre à se reposer après la saison tout en gardant un peu d’activité autre que le vélo – le jogging et la piscine – posera les bases d’un mois de janvier studieux, rythmé de sorties d’endurance d’une durée de trois à quatre heures chacune, à raison de trois à quatre fois par semaine. Le but est d’habituer son corps à rouler quasiment tous les jours en endurance et d’optimiser sa condition physique. Février servira à travailler le spécifique en fractionné, avec des séances de 30/30, du travail au seuil, des pyramides et des sprints. Cela pour “régler le moteur” au mieux. Trop de sorties d’endurance et vous deviendrez un “diesel”, il est nécessaire de faire monter le coeur. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°279 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

ROC DES ALPES – LA CLUSAZ (13-15 juin 2014) Le compte-à-rebours est lancé

 

A retenir

. Dans trois mois, la deuxième édition du Roc des Alpes à La Clusaz
. Des épreuves pour tous les niveaux de pratique
. Un village exposants pour les tests et toujours plus d’animations
. Primes à la fidélité au Roc des Alpes – La Clusaz et aux événements Roc

 

Reste trois mois à patienter avant de voir plus de 5 000 passionnés de VTT s’élancer sur les sentiers alpins lors de la deuxième édition du Roc des Alpes – La Clusaz. Du 13 au 15 juin, La Clusaz (Haute-Savoie) recevra à nouveau tous les amoureux de la discipline venus chercher dans le Massif des Aravis de quoi s’offrir un maximum de sensations et de plaisir.

SPORT, VILLAGE EXPOSANTS ET ANIMATIONS : LE COCKTAIL ROC.– Fidèle à l’esprit Roc né il y a maintenant trente ans au Roc d’Azur, le Roc des Alpes- La Clusaz offrira un programme de 17 épreuves avec des courses ou des randonnées adaptées à tous les niveaux de pratique. Du sport mais aussi un village d’exposants particulièrement imposant qui permettra à tous ses visiteurs, compétiteurs ou accompagnateurs, de tester les nouveautés sur le Roc Test Camp pendant que le cœur du village vivra au rythme de nombreuses animations.

TEE-SHIRT COLLECTOR ET CONDITIONS PRIVILEGIEES : LA FIDELITE RECOMPENSEE.– Pour cette nouvelle saison, la fidélité Roc sera récompensée. Tous les pionniers présents au Roc des Alpes lors de la première édition et de nouveau au départ cette année recevront un tee-shirt collector. Prime également à la fidélité sur l’ensemble des événements Roc du calendrier (Roc Paris, reporté ; Roc d’Ardenne, 2-4 mai ; Roc des Alpes – La Clusaz, 13-15 juin ; Roc d’Azur, 8-12 octobre). Les participants à au moins trois Roc dans l’année (l’inscription au Roc Paris est prise en compte malgré le report de l’épreuve) bénéficieront d’un dispositif privilégié sur le Roc d’Azur (convocation spécifique ; accès coupe-file lors du retrait du dossard ; intégration dans la première ou deuxième vague de l’épreuve choisie ; accès privilégié au Club Roc pour des moments privilégiés avec les athlètes Elite).

Autant de raisons de vivre une saison pleinement Roc. Alors rendez-vous à La Clusaz du 13 au 15 juin pour la deuxième édition du Roc des Alpes – La Clusaz.

 

Les inscriptions sont ouvertes sur www.asochallenges.com

Plus d’informations sur www.rocdesalpes.com

Découverte : le grand tour du Tourmalet

vtt-tourmaletQuatre jours en boucle avec le Pic du Midi de Bigorre comme point central de cette échappée belle au pays des grands cols pyrénéens. L’une de ces escapades nature pleine de sensations fortes.
Texte et photos : William Fautré

Le Tourmalet fait rêver. Ce col mythique (situé à 2 115 mètres d’altitude), qui détient le record des grands cols du Tour de France avec soixante-dix-huit ascensions, ne peut qu’attirer les vététistes à la recherche de sensations fortes. Situé au pied du Pic du Midi de Bigorre, le Tourmalet s’impose rapidement comme une évidence si l’on désire tracer un grand tour au coeur des Pyrénées. Cette idée, Pep Vega – responsable de Pedals del Mundo – l’a dans la tête depuis quelques années. Toujours à la recherche de parcours nomades des deux côtés de la frontière entre l’Espagne et la France, il a déjà mis en place, entre autres, les itinéraires de Pedals de Foc et de Pedals d’Occitania. Des itinéraires de 200 à 300 km de long avec un dénivelé positif moyen de 6 000 mètres.

Lorsque l’on applique cette formule magique à cette région des Pyrénées, cela donne un sacré parcours de montagne tonique, avec des temps forts comme le passage des cols du Tourmalet, celui du Riou avec la montée de Luz-Ardiden, les étapes de Lourdes, de Cauterets, les berges du Gave de Pau, la vallée du Gripp, le Pays Toy… Des lieux somptueux et évocateurs que l’on peut découvrir d’un seul coup d’oeil en montant au sommet emblématique du Pic du Midi (2 877 mètres). S’il n’est pas, loin s’en faut, le plus haut sommet, le Pic du Midi de Bigorre possède l’un des plus beaux panoramas des Pyrénées, mais faut-il encore que la météo soit clémente !

Lors de ce reportage, nous n’avons malheureusement pas eu la chance de voir ce sommet dégagé de nuages mais l’aventure était là, magique, quatre jours intenses, émaillés de grandes émotions dans un décor somptueux. Pour réaliser ce parcours et dénicher les meilleures traces, Pedals del Mundo s’est appuyé sur les connaissances de terrain d’un spécialiste des Pyrénées. Qui mieux que La Balaguère pouvait monter cet itinéraire par étape ? Créée fin 1984 par des passionnés, ce voyagiste est devenu au fil des années incontournable pour les amateurs de randonnée pédestre dans les Pyrénées et le monde entier. C’est à Arrens- Marsous, petit village en Val d’Azun, que se conçoivent et s’organisent les circuits et les voyages. Vincent Fontvielle, son fondateur et responsable, est toujours porté par l’envie de guider La Balaguère en privilégiant la rencontre et l’esprit d’équipe. C’est dans cette dynamique qu’une nouvelle gamme 100 % vélo vient d’être lancée. Ce Grand Tour des Pyrénées sera l’un des fers de lance.

Première étape Arrens-Marsous -Lourdes
45 km/720 m D+/1 400 m D –
Tout commence dans le Val d’Azun, au pied du col du Soulor, paradis du vélo de route mais aussi du VTT avec l’un des plus importants espaces VTT/FFC de l’Hexagone qui compte pas moins de 1 100 km de parcours balisés. Notre trio est composé de Pep Vega (Pedals del Mundo), de David Serano (responsable des parcours VTT pour La Balaguère) et de votre serviteur. Topoguide en poche, l’oeil rivé sur la trace GPS, nous voici partis pour une aventure de quatre jours au coeur des Pyrénées. Premier but à atteindre : rejoindre le col de Gouret. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°279 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Succès pour le Roc des Andes, report du Roc Paris

Pour la première fois de son histoire, le Roc d’Azur, sous l’impulsion de ASO, a traversé l’Atlantique pour s’installer en Argentine, au coeur de la Patagonie… Quasiment au même moment, nous apprenions le report du Roc Paris. Roc qui rit ou Roc qui pleure, nous avons cherché à savoir pourquoi…
Par Vincent Ranchoux – Photos : Efrain Davila

Responsable des épreuves VTT chez ASO, Alexandre Maslin revient sur les Rocs de Los Andes et de Paris… Une période compliquée pour la société organisatrice qui rencontre des difficultés pour installer son Roc en région parisienne.

VTT Magazine : Alors ce Roc de Los Andes, une réussite on dirait ?
Alexandre Maslin : C’est la première fois que nous allions en Patagonie argentine. C’est un pays où la pratique du VTT est énormément axée sur l’enduro et la DH. Shimano propose même un circuit de plusieurs dates dans le pays, l’Open Shimano, il y avait d’ailleurs une manche du championnat national pendant le Roc de Los Andes. Les disciplines “gravity” sont assez présente là-bas et il y a un bel engouement, du coup nous avons pu proposer notre concept Roc, c’est-à-dire des randos, des courses… Sept épreuves au total, le XC olympique étant géré par la fédé, et notre enduro est certainement le premier qui ait eu lieu dans le pays. Avec six cents participants, nous pouvons dire que c’est une belle réussite.

Le concept Roc s’exporte bien alors ?
La force du concept Roc et de ses déclinaisons, c’est justement qu’il s’adresse à tous. Sur le même site, nous proposons des courses familiales, des compétitions pour toutes les disciplines, un village, des animations… Nous avons un peu “transporté” Fréjus en Argentine. Nous avons de plus un niveau de prestations très élevé, puisque nous intervenons pour le ministère du tourisme argentin qui souhaite pousser la pratique du vélo et surtout les voyages à l’intérieur de l’Argentine. Nous avons donc proposé des Pasta Party, des petits-déjeuners à tous les participants, des tee-shirts finisher, des médailles finisher, les pratiquants ont vraiment pu en profiter au maximum et ils se sont vraiment fait plaisir.

N’est-ce pas trop difficile de mettre en place une telle infrastructure dans un pays aussi éloigné ?
Le site d’accueil est l’une des grandes stations de ski d’Argentine, Cerro Chapelco. Il y a donc tout le nécessaire, les remontées mécaniques, et la station propose déjà du VTT l’été. Nous n’étions pas dépaysés pour nous installer ; par contre, il faut reconnaître que nous sommes dépendants des moyens de transport. Il faut deux heures d’avion pour rejoindre la station et il n’y a qu’un seul avion… En Argentine, tout reste à faire et nous sommes vraiment motivés pour continuer à développer le VTT là-bas. Par exemple, il n’y a pas vraiment de grandes organisations pour le cross-country, pourtant tout le monde pratique le VTT, y compris pour se déplacer.

L’avenir du Roc en Argentine est donc assuré ?
Notre volonté est déjà de bien installer le concept Roc, puis de proposer un format basé sur l’itinérance qui permettra d’attirer Américains et Européens. Il est important que les gens puissent profiter de leur séjour sur place. Tu ne fais pas onze heures d’avion pour deux heures de vélo. En proposant une belle épreuve de plusieurs jours à ce moment de l’année, nous pourrons ouvrir la saison internationale. Nous voulons également profiter de l’effet JO à Rio pour que les élites qui vont venir préparer les Jeux puissent également découvrir l’Amérique du Sud. Et puis, le marché argentin est en pleine mutation et toutes les marques sont intéressées pour s’y implanter, même si les contraintes d’importation restent un frein. Pour l’instant en Argentine, le marché du VTT concerne plutôt les gens qui ont des moyens, il y a de très belles marques américaines qui sont bien représentées, comme Santa Cruz et beaucoup de pilotes sont équipés en Troy Lee Design. Mais avec le temps, cela va se démocratiser, c’est un marché en pleine explosion et nous pensons pouvoir réussir un Roc avec 1 500 ou 2 000 participants assez rapidement lors des prochaines éditions. De plus avec notre savoir faire du Dakar, nous n’aurons aucun problème pour gérer une épreuve en itinérance avec beaucoup de participants tout en leur proposant une offre très qualitative. Le Roc de Los Andes est sur les bons rails, les vainqueurs du Roc 40 seront présents et invités au Roc des Alpes, et à terme nous espérons créer une vraie synergie entre tous les Rocs, c’est notre volonté. Les prestations de tous les Rocs sont les mêmes, nous voulons simplement faire découvrir de nouveaux territoires. Le Roc de Los Andes est au commencement de cette aventure.

Parlons maintenant de ce qui est douloureux. Le report du Roc Paris, que s’est-il passé exactement ?
Le projet Roc Paris avait été validé par la ville de Mantes pendant l’été 2013, au mois de septembre. Tous les acteurs institutionnels et préfectoraux étaient prévenus que le Roc Paris se tiendrait fin mars 2014. Nous avons travaillé sur les parcours, informé les différents intervenants au cours de la fin de l’année 2013. Et puis, dans le cadre de l’instruction du dossier – qui doit se faire légalement trois mois avant en préfecture, pour info nous étions en relation avec deux préfectures celles du 78 et du 95 – nous avons commencé à avoir des retours d’alerte venant des mairies qui mettaient le plus souvent en avant des problèmes de parcours. Sur les dix-sept communes concernées, trois ont particulièrement pointé du doigt les aspects environnementaux et les incidences liés au passage de 5 000 vététistes. Nous avons présenté toutes les mesures que nous mettons en place comme les Brigades Vertes, et surtout nous avons joué la concertation pour modifier et adapter les parcours. Nous avions l’objectif de faire découvrir le Vexin et les boucles de la Seine, mais il fallait que nous adaptions les parcours, ce qui n’était pas un problème pour nous.

L’annulation était-elle donc inéluctable ? […]

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans le n°279 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.