Montage à la carte d’un VTT : la simplicité a du bon

cadre-vtt-sobre-cashDes montages très haut de gamme, mariant carbone, titane, réglages en tout genre, suspensions sophistiquées et poids plume, véritables vitrines technologiques, c’est monnaie presque courante… Cette fois, nous nous sommes lancés dans la réalisation à la carte d’un VTT avec comme priorité la simplicité, la fiabilité, la robustesse, sans négliger le confort, le plaisir de pilotage et l’efficacité. Le tout avec un budget limité, en choisissant avec soin chaque composant pour son rapport qualité-performances-prix. Revue de détail de ce montage, avec en bonus un petit point sur les standards existants à ce jour.
Texte et photos : Stéphane Kiefer

Le cadre : Sobre Cash
2 622 g – 410 euros
L’idée était de choisir un cadre qui associe confort, fiabilité dans le temps et prix raisonnable, sans recherche de légèreté. L’acier, dont nous connaissons les qualités naturelles de souplesse, de confort et de nervosité, s’est donc tout naturellement imposé comme la solution idéale. Pour avoir déjà à maintes reprises roulé sur l’un de leurs VTT et apprécié la qualité de leur cadre, nous nous sommes tournés vers la petite marque française Sobre, basée près de Lyon, dans le Beaujolais. Dans leur gamme, qui comprend cinq modèles, nous avons opté pour leur nouveau Cash, un cadre en 27,5’’ pensé et développé pour le XC polyvalent et doté d’une géométrie qui privilégie le plaisir de pilotage et la polyvalence et qui le rend compatible avec les fourches de 130 à 150 mm de débattement.

Avec ses 2 622 g sur la balance, ce n’est certes pas le cadre acier le plus léger du marché, mais le but de ce montage n’était pas d’avoir le plus light possible, mais de privilégier la résistance et la solidité avec un cadre pourvu de multiples petits renforts là où c’est nécessaire. Il est entièrement en acier cromo 4130, à triple et double butted pour les trois tubes du triangle avant et tous les tubes reçoivent un traitement anticorrosion à l’extérieur et à l’intérieur. C’est bon signe pour la durabilité dans le temps. Le passage de la câblerie et des durites se fait en externe. C’est certes un peu moins tendance et “propre” qu’un passage en interne mais le montage et le démontage sont tellement plus simples. Toujours notre recherche de la simplicité de montage et d’entretien. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°286 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Giant Reign Advanced 0 Team : né pour la compèt’

giant-REIGN-Advanced-0-TeamLe Reign revient aux affaires. Et Giant l’a complètement transformé pour en faire un modèle d’enduro dédié à la compétition pure et dure…
Textes : Sam Péridy – Photos : Sterling Lorence

En présentant l’an passé sa nouvelle gamme Trance SX, Giant savait que ce 140 mm à l’arrière, même doté d’une grosse fourche, serait un peu juste en compétition enduro, et pour cause, c’était un châssis All Mountain. Il aura donc fallu attendre une année supplémentaire pour voir le retour aux affaires du subliminal Reign. Doté d’un magnifique triangle avant en carbone sur les deux versions Advanced 0 Team et 1, le Reign offrira un débattement de 160 mm sur des roues en 27,5’’. Pour une question de rigidité, mais aussi de coût, Giant a fait le choix de laisser les bases et haubans arrière en aluminium Aluxx SL. Le système de suspension Maestro est toujours de mise, tout comme la technologie Megadrive qui propose un top tube rectangulaire, ou bien encore le Powercore et son boîtier de pédalier en 92 mm. Tout ça bien entendu, dans le seul but d’augmenter la rigidité latérale de ce nouveau VTT très orienté compétition enduro.

Preuve en est, la géométrie du Reign est à elle seule révélatrice. Son angle de chasse à 65°, son boîtier à 340 mm, ou encore son empattement à 1 190 mm en taille médium, démontrent que ce VTT ne pourra probablement pas passer entre toutes les mains, compétition oblige. Son Reach allongé de 30 mm offre un top tube de 620 mm, c’est énorme pour un médium, et c’est parfait pour engager. Les finitions des cadres carbone, mais aussi aluminium sont parfaites, notamment grâce à une câblerie complètement intégrée.

Quatre modèles verront donc le jour pour 2015. Deux versions aluminium Reign 1 et 2 et deux versions haut de gamme carbone Advanced 0 Team et 1. Concernant les tarifs, ils s’échelonneront de 2 499 euros pour un Reign 2 LTD à 5 999 euros pour l’Advanced 0 Team.

Prise en main
Notre prise en main s’est faite sur la version haut de gamme Advanced 0 Team. C’est bien simple, j’ai beau chercher, je n’ai pas trouvé de défaut à redire sur cette version. Le montage exclusivement réservé à SRAM et RockShox, est tout simplement magnifique. Le groupe XX1 « bleuté » pour le Reign se passe de commentaires, tout comme la nouvelle paire de freins SRAM Guide Ultimate Carbon ou encore la tige de selle Reverb Stealth. Seules, les roues font de la résistance avec une paire de DT Swiss Spline XM 1501, montées de pneus Schwalbe Hans Dampf à l’avant et Magic Mary à l’arrière. […]

 Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°286 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

GT Pulse Session Inside : la ruée vers l’or

gt-pulse-session-insidePour cet avant-dernier épisode « GT Pulse Session Inside » de la saison, «VTT Magazine» a décidé de nous offrir le « à la une » du mois. De Winter Park à Whistler, nous avons roulé sur les plus beaux spots de l’Ouest américain. Comme depuis le début de la saison des Enduro World Series, que nous vous avons fait partagée, nous avons dû faire face à quelques galères mais au final, notre quête de l’or ouest américain a été récompensée. Suivez-nous dans ce road-trip de folie.
Texte : Cédric Ravanel Photos : Gaétan Riou

Après un trajet de plus de 24h nous voici arrivés à Denver (Colorado, États-Unis). Bienvenue dans l’Ouest américain caractérisé par ses chercheurs d’or, ses montagnes rocheuses et son paysage de carte postale. Entre rivières et forêts de conifères immenses à plus de 3 500 mètres d’altitude, cette nature opulente est l’endroit rêvé pour venir rouler. Bien sûr, ce genre de déplacement nécessite de faire des choix matériels, mais aussi humains. Ainsi notre staff se résume-t-il à Gaétan Riou pour réaliser nos photos et nos vidéos. GT a pris soin de nous dépêcher directement Tom, l’un de ses mécanos.

Une fois le passage en douane effectué, direction la location de voiture. Après le pick-up démesuré de l’an passé, nous l’avons joué économique avec un petit van largement suffisant pour caser nos trois housses à vélo. En passant par le fameux Red Rocks Garden, 1h30 sépare Denver à Winter Park. Il est 2h du matin et notre Dodge peine à monter le dernier col. Le manque d’oxygène se fait sentir à plus de 3 300 mètres d’altitude ! J’imagine déjà notre état sur les relances physiques de la course… S’il est facile d’arriver à Winter Park, il est beaucoup moins évident de trouver son appartement dans cette station de ski où nous n’avons qu’un simple numéro de rue comme indice. Notre hôte a omis de nous fournir l’adresse complète et le jeu de piste va durer plus d’une heure…

Jour 1
Même si nous nous sommes couchés tard, le réveil est matinal à cause de ce foutu “jet lag”. Cette première journée est consacrée au montage des vélos et au ravitaillement dans le supermarché local, avant d’aller rouler le bike park. C’est toujours un grand moment de faire les courses dans ce pays où la démesure se trouve dans chaque rayon. Des barres de céréales de plus de 15 centimètres ou des fruits énormes au relief parfait côtoient des pots de yaourt de plus d’un kilo. Ici « bigger is better » (en français : plus c’est gros, meilleur c’est). Une fois les emplettes terminées, il est temps d’aller rider pour ne pas s’endormir en plein milieu de journée.

Le bike park nous démange mais avec mon expérience douloureuse de l’an passé (je m’étais explosé le genou sur le premier run) nous décidons de commencer par une piste verte. Les bosses et les virages s’enchaînent à la perfection quand soudain, nous entendons une détonation. Nous nous arrêtons, Cécile et moi, pensant que Gaétan a déjanté. Nous le découvrons immobilisé, la bouche en sang ! A coup sûr, il vient d’attraper une “Ravanelite” (la poisse du premier jour, du nom de l’auteur). L’accident est dû au bouchon de la cartouche d’air de sa fourche qui a sauté dans la compression d’un virage relevé et, est venu percuter son visage. Un incident d’autant plus incroyable qu’il porte un casque intégral et que la probabilité d’une telle casse est proche du zéro. Il a donc fait 5 minutes de vélo avant de rejoindre la clinique de la station pour recevoir sept magnifiques points de suture. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°286 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.
 

VTT mag n°286

vtt-mag-286A la une de VTT Mag n°286 (octobre 2014)

Dossier : spécial nouveautés 2015
> La rentrée est traditionnellement la période des salons. C’est aussi à ce moment-là que l’on découvre les dernières nouveautés. Outre les modèles Giant Reign et Orbea Oiz que nous présentons en détails, nous avons sélectionné pour vous plus de 70 produits qui feront l’actualité ou seront parmi les best-sellers de 2015.

Le sommaire complet :
– À la une : Road-trip dans l’Ouest américain
– Essai : Fourche Magura
– Nouveautés 2015 : Giant Reign Advanced O Team 27,5’’ ; Orbea 0iz M-Team ; tous le matos 2015
– Flash : Jordan Sarrou
– Face-à-Face : Enduro Cannondale/Scott
– Découverte : La Haute-Corrèze
– Compétition : Enduro Séries Val d’Isère/Samoëns ; Coupe du monde Méribel
– Technique : Montage à la carte d’un VTT
– Conseils : Trucs et astuces pour entretenir son vélo ; Le point sur les licences