Comparatif freins à disques VTT: les irréductibles

brake-force-oneNous sommes en 2015 après Jésus-Christ… Tout le marché du frein a été envahi par Shimano, SRAM, Magura et Formula. Tout ? Non, il existe encore quelques marques qui résistent, qui continuent à fabriquer des freins de manière artisanale et à proposer des produits radicalement différents.
Texte et photos : Stéphane Kiefer

Brake Force One
Sur le papier
Brake Force One (BFO) est une petite marque allemande très peu connue dans l’Hexagone. Hyper spécialisée, elle ne fait que des freins à disques pour le VTT, et plus précisément un seul et unique modèle, que voici que voilà. Ce qui saute aux yeux immédiatement, c’est le niveau de finition qui atteint ici des sommets. À l’image du levier en alu, usiné à l’extrême afin de grignoter quelques précieux grammes, ou encore de l’étrier en alu forgé tellement bien poli que l’on pourrait presque se voir dedans… Et question légèreté, des prouesses ont également été accomplies puisque l’ensemble avant et arrière avec disques de 180 mm a été, par nos soins, pesé à seulement 654 g (et 575 g avec des disques de 160 mm). Difficile, voire impossible, de trouver plus léger.

Les BFO ne sont pas seulement ultralight, ils adoptent aussi deux technologies qui leurs sont propres. Primo, le circuit hydraulique est de type fermé, c’est-à-dire sans vase d’expansion, comme cela se faisait il y a quelques années. Secundo : logé dans l’étrier, un petit mécanisme démultiplie la vitesse de mouvements des pistons afin que les plaquettes, qui sont très éloignées du disque pour limiter la surchauffe, entrent plus vite en contact avec celui-ci. Ce système permet aussi une meilleure progressivité, pour un dosage plus facile. Les BFO offrent une personnalisation à l’extrême. Il est possible de choisir entre un levier deux doigts ou un doigt, de même que la couleur des étriers et des leviers dans une large gamme d’anodisation et, suprême détail, avec l’option la durite transparente, il est également permis de sélectionner la couleur de l’huile minérale. Bien évidemment, un tel degré de finition, de légèreté et de personnalisation, cela se paie au prix fort…

Sur le terrain
Comme sur la majorité des freins à disques, le montage se fait sur le cintre via une demi- coquille qui permet un montage et un démontage sans avoir à enlever les poignées et les commandes de vitesses. L’absence de tout réservoir fait que le maître-cylindre est particulièrement compact. Malheureusement, la sortie de durite est placée de telle manière qu’il n’est pas possible de “coller” la commande de vitesses contre le maître-cylindre, ce qui est encore plus vrai avec une commande dotée de l’indicateur de vitesse. La commande est donc éloignée du maître-cylindre, ce qui peut être un peu gênant pour l’accessibilité aux gâchettes si vous avez de petits doigts. La solution consiste à passer la commande de l’autre côté du maître-cylindre. Du fait du large espace entre les plaquettes et le disque, l’alignement de l’étrier se fait très facilement. Même si le disque est légèrement voilé, il n’y a aucun risque de frottement.

Nous les avons testés en version levier un doigt dont nous avons apprécié la forme et l’ergonomie. Le doigt se pose naturellement sur le levier et ne glisse pas. La molette placée devant le maître-cylindre permet d’ajuster l’attaque du freinage par modification du point de contact entre les plaquettes et le disque, quant à la petite molette, placée derrière et difficile d’accès, elle donne la possibilité de régler la garde du levier. Assez petites et glissantes, ces molettes n’offrent pas une très bonne prise en main et sont assez difficiles à manipuler, tout particulièrement avec des gants un peu épais ou si elles sont couvertes de boue.

Les Brake Force One font partie de la catégorie de freins au toucher “mou”. […]

Retrouvez l’intégralité du dossier dans le n°289 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Bike Trip à Madère : les “Mias” à la conquête de l’ouest

bike-trip-madereComme pour chaque fin de saison, le team MIA Santa Cruz change d’air et s’envole pour une destination atypique. Cette fois-ci, direction Madère, un archipel portugais en plein coeur de l’Atlantique. L’île éponyme – dont elle fait partie – se trouve à environ 500 km à l’ouest des côtes marocaines. Un petit paradis caché pour le VTT. L’équipe s’était démenée tout l’été pour choisir LA destination de fin d’année et d’entrée, il s’avère que nous avions visé juste !
Texte : Maxime Peythieu et Kilian Bron – Photos : Oqamy VISUEL

Tout commence à Genève. J’annonce à Maxime Peythieu, pilote dirt/freeride et Antonin Pergod alias “Oqamy VISUEL” que nous passons la nuit d’escale en direction de Madère dans l’aéroport de Lisbonne (Portugal). Le ton est donné : nous voici directement plongés dans l’ambiance trip. Cette première nuit se veut mouvementée, à dormir à même le carrelage et se faisant pousser à coups de balai par les femmes de ménage. Ce n’est qu’à notre arrivée à Funchal, la capitale, que nous rencontrons notre ami Josélino. Guide pour la société Bikulture, c’est grâce à lui que nous découvrons tous les secrets et recoins de l’île. Nous profitons du chemin en direction du shop à l’autre bout de l’île pour faire plus ample connaissance et partager nos premiers bons moments en terrasse, au bord de l’océan. “Jo” nous explique à l’aide d’une carte, le schéma des différents tracés. L’ouest de Madère est composé d’une multitude de vallées, truffées de chemins qui exploitent toutes les crêtes, les forêts denses et autres mouvements de terrain.

Des chemins de randonnée dans la montagne

À l’origine les premiers vététistes de l’île suivaient les sentiers des “levadas”. Des caniveaux de plusieurs kilomètres à flanc de montagne, autour de l’île, utilisés pour transporter l’eau du nord, un secteur plus humide, jusqu’au sud beaucoup plus aride. Ces chemins sont d’abord utilisés pour la maintenance mais ils font aujourd’hui le bonheur des randonneurs et de certains vététistes. Puis, quand la discipline, et notamment l’enduro, a pris de l’ampleur, Jo et plusieurs locaux ont mis la main à la pâte et sont devenus des accros de la pelle et de la pioche. Au-delà de son statut de guide et de mécano pour Bikulture, Jo s’implique réellement dans le développement du vélo sur l’île à travers la création et l’entretien de pistes mais également de l’organisation de courses. Ensemble, nous partageons nos diverses expériences avec passion. C’est un réel plaisir d’être accompagné de la sorte.

Quelques heures après l’atterrissage, il est temps de monter nos vélos, en express. Nous n’avons pas le loisir de découvrir notre jolie maison située dans le village isolé de Jardim do Mar. Un hameau réputé pour ses vagues impressionnantes propices à la pratique du surf. Sur les hauteurs du shop, plusieurs pistes sont accessibles. L’île culmine à presque 1 900 mètres d’altitude et je vous laisse imaginer le potentiel jusqu’au bord de l’océan. Mais pour cette première session, nous partons d’un point haut à 1 300 mètres. Il est déjà tard et nous suivons le soleil plein ouest, sur un single parfaitement dessiné. Pour ces premiers tours de roues, nous nous laissons surprendre par le vent nous obligeant à rouler de travers pour compenser. […]

 Retrouvez l’intégralité du reportage dans le n°289 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

VTT mag n°289

VTT_MAG_289A la une de VTT Mag n°289 (janvier 2015)

Guide: Où Rouler en 2015 ?
> À l’heure des voeux, tout vététiste passionné commence à se demander ce qu’il va faire de sa saison. Compétitions, grands événements, randos plus locales, l’offre est importante et il n’est pas toujours simple de choisir. Afin de vous aider à y voir plus clair, nous avons sélectionné pour vous, le meilleur de l’offre disponible pour l’année qui s’ouvre. XC, enduro, randos de masse… La saison 2015 est dans VTT Mag !

Le sommaire complet :
– Essai : Roue Mavic Crossmax SL 29’’
– Essais XC compétition: Yeti ASR-C ; Skyde 290
– Interview: David Zurcher
– Magazine: Les fourneaux du monde à vélo de Selles & poivre
– Match XC comp. 29’’ : Lapierre ProRace 729 ; KTM Myroon 29 prime – Fuji SLM 29 1.3
– Comparatif: Les freins à disques
– Saga: Intense, made in California
– Découverte: L’île de Minorque aux Baléares
– Technique: Le 29’’ face au 27,5’’
– Conseils: Où rouler en 2015 ?
– Vécu: Marrakech Trophy
– Entraînement: Trail et VTT