Match VTT enduro

match-vtt-enduroAvec le développement, mais surtout la “banalisation” du carbone ces dernières années, on aurait plutôt tendance à oublier les propriétés de l’aluminium. Nous avons voulu sur ce match enduro, vous proposer trois VTT haut de gamme soit (Giant Reign 1, Mondraker Dune RR, Orbea Rallon X-Team ), mais surtout conçus en aluminium, et vous savez quoi ? Lisez la suite, c’est intéressant à tous points de vue…
Texte : Sam Péridy – Photos : Chris Caprin

Giant Reign 1
Complètement remodelée pour 2015, la gamme enduro Reign adopte un nouveau cadre 100 % aluminium Aluxx SL monté en roues de 27,5”. Il est bon de souligner, que ce nouveau Reign se décline aussi en cadre carbone sur son triangle avant, dans une version haut de gamme “Advanced”. Le système de suspension Maestro est toujours de mise, tout comme la technologie “Megadrive” qui propose un tube supérieur rectangulaire, ou bien encore le “Powercore” et son boîtier de pédalier en 92 mm. On retrouve aussi le standard OverDrive (1”1/8-1”1/4) propre à Giant sur la douille de direction. Tout ça, bien entendu, dans le seul but d’augmenter la rigidité latérale et frontale de ce nouveau VTT très orienté compétition enduro. Preuve en est, la géométrie du Reign est à elle seule révélatrice. Son angle de chasse à 65°, son boîtier de pédalier à 340 mm, ou encore son empattement à 1 220 mm en taille large, démontrent que ce VTT ne pourra probablement pas passer entre toutes les mains, compétition oblige. Son reach allongé de 30 mm offre dorénavant un top tube de 640 mm, c’est énorme même pour un large, et c’est tant mieux pour engager. Côté partie cycle, Giant a fait très fort, en proposant un ensemble complet, SRAM X01onze vitesses le tout guidé par un anti-déraillement MRP, trop classe. L’ensemble suspensions RockShox Pike RC3 et Monarch DebonAir parle de lui-même, tandis qu’on retrouve un super set de roues DT Swiss Spline XM 1501, monté en Maxxis High Roller 2 27.5×2.35 (AR) et Maxxis Minion DHF 27.5×2.35 (AV), un mixte parfait, sans aucune faute de goût. […]

  Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°292 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Trip en Ecosse: so good !

7-stanes-ecosse-vttPartis quatre jours à la découverte des 7 Stanes dans le sud de l’Écosse, nous avons découvert un ensemble de “trail centers” atypique et attrayant pour les vététistes à seulement deux heures de vol de Paris ! Retour en images sur un trip low cost, et vraiment pas comme les autres…
Texte et photos : Sam Péridy

Il y a 15 ans, le gouvernement écossais et l’office national des forêts (Forestery Commission) ont lancé, dans la région sud du pays et à quelques encablures d’Édimbourg, le projet “7 Stanes” devant donner naissance à 7 spots dédiés à trois activités sportives : la randonnée pédestre, équestre et le VTT. L’objectif poursuivi était de re-dynamiser l’économie de la région en développant une offre touristique sportive. Malgré des paysages à couper le souffle, le territoire, principalement consacré à l’élevage ovin souffrait d’une faible attractivité auprès des vacanciers. Les autorités publiques ont donc misé sur le potentiel topographique et géologique, tellement hors norme de cette région des “Scottish Borders” pour développer une offre adaptée. Les massifs montagneux couverts de forêts et culminant en moyenne à 300 mètres d’altitude se prêtant à merveille aux pratiques sportives outdoor. Ils ont donc ouvert sept “trails centers” pour les amateurs de randonnées équestres, pédestres et VTT.

Si les trois disciplines sont représentées dans chacun des spots, les parcours ont été pensés de telle sorte que les différentes activités ne partagent pas les mêmes sentiers. Pour le VTT, pas moins de 400 kilomètres ont été créés en quelques années. Lors de l’élaboration de ces sept spots touristiques, décision a été prise de leur donner un thème commun. Le choix s’est porté sur une identification individuelle autour du concept d’un bloc de rocher naturel ou sculpté. Sur Glentress par exemple, une météorite a été retenue comme emblème du lieu. Sur AE Forest, c’est l’édification d’un fantôme sculpté en forme de déesse qui a été préféré. Cette idée pour le moins atypique fut l’oeuvre d’un seul et même homme, Gordon Young, sculpteur de profession.

Quel type de ride ? Et sur quel bike ?
Tous les sites et toutes les pistes se font à la pédale, car il n’y a pas de remontées mécaniques. Il existe tout de même quelques exceptions comme sur “AE Forest” et “Glentress” où un service de navette a été mis en place pour atteindre le sommet d’une ou deux pistes de DH. Mais dans l’ensemble, tout a été conçu pour être effectué sur le VTT, et ce, quelle que soit la période de l’année. Chaque site propose différents degrés de difficultés qui s’échelonnent du vert au noir. De même qu’un mini Freeride Park, où l’on trouve différents modules de tous niveaux. Parmi les autres services disponibles : on note la présence de “Skills Area”, des zones dédiées à l’apprentissage du VTT pour les plus jeunes ou les débutants, ainsi qu’un service de guides, pour apprendre à rouler, ou tout simplement se faire guider. Si le balisage est vraiment bien conçu, il est toutefois préférable de se munir d’une carte, vendue sur chaque site.

Côté matériel, un bon all mountain (140/150 mm) fera l’affaire. Pour info, j’étais équipé du nouveau Rocky Mountain Instinct en 29” et 130 mm de débattement, lequel s’est avéré en parfaite adéquation avec le terrain écossais. Les moments de pédalage peuvent parfois être usants surtout lorsque l’on opte pour deux parcours dans la journée. […]

 Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°292 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

VTT mag n°292

vtt-mag-292A la une de VTT Mag n°292 (mai 2015)

Comparatif: 17 pneus XC polyvalent à l’épreuve du terrain
> Bon nombre d’entre vous ont repris le VTT en ce début de printemps. Nous avons testé pour vous 17 pneus “mixtes” capables de passer quasiment partout en XC polyvalent.

Le sommaire complet :
– A la Une: Trip en Écosse
– Nouveautés 2016: Groupe SRAM GX Standard et SRAM Boost
– Magazine: Selles & poivre
– Interview: Margot Moschetti
– Essais : Fourche Lauf Trail Racer ; Curve 294 Evo ; Transition Scout 1
– Match enduro: Giant Reign 1 ; Mondraker Dune RR ; Orbea Rallon X-Team
– Conseils: Comment préparer son sac ?
– Conso: L’euro baisse, les prix vont-ils monter ?
– Compétition: Coupe de France XC Marseille
– Découverte: Le Pays Basque espagnol
– Comparatif: 17 pneus XC polyvalent à l’épreuve du terrain
– Compétition: Roc Argentina

Shimano et SRAM: le grand mixage

lapierre-zesty-am-327À un moment ou à un autre, on est tous confrontés au changement de composants pour la transmission de son VTT. Soumises à rude épreuve quelle que soit notre discipline, les pièces d’une transmission sont exposées aux frictions, aux déformations, les rendant vulnérables face aux reliefs du terrain ou fragilisées par de mauvaises manipulations. Les deux leaders du marché que sont Shimano et SRAM se livrent une concurrence féroce pour cet équipement et nous avons voulu savoir sur le terrain si des liens “compatibles” les unissaient.
Texte : Philippe Palleron – Photos : Philippe Palleron et Stéphane Kiefer

Même si la plupart des composants des transmissions des marques Shimano ou SRAM bénéficient maintenant d’une grande fiabilité, la pratique vététiste intensive ou occasionnelle met à rude épreuve le matériel. Que l’on soit en montagne, en plaine ou dans des régions très vallonnées, le terrain rencontré est propice aux chocs, casses et bien entendu usures du matériel. Qui n’a pas cassé un dérailleur lors d’une sortie sur sol très caillouteux ou endommagé sa chape après un passage de vitesses en force alors que le vélo est crépi de boue ! L’autre cas qui pourrait nous imposer de changer nos composants de transmission porte sur l’esthétique. En effet, il nous arrive parfois de désirer un produit plutôt qu’un autre, simplement parce qu’il rendrait mieux sur notre monture. Par exemple, j’ai un pédalier de première monte avec manivelles forgées non creuses et je souhaite l’upgrader avec du matériel plus haut de gamme en aluminium avec manivelles creuses pour gagner du poids ou en carbone pour associer les couleurs à celles du reste de mon équipement ou aux décos du cadre. Dernier cas, je viens d’acheter un VTT et les pièces montées d’origine par le constructeur ne me satisfont pas, étant habitué à une certaine marque de composants je souhaite en équiper mon vélo.

Nous avons pourtant vu cette année, dans notre hors-série consacré aux gammes, que les constructeurs de VTT avaient de moins en moins tendance à mixer les composants Shimano avec ceux en SRAM, mais quelques modèles peuvent encore posséder ce genre de montage. Comment changer sa transmission ? L’achat de pièces de remplacement se fait généralement via son vélociste qui va, soit écouter vos souhaits si votre idée est précise, soit vous conseiller vers telle ou telle marque en fonction des compatibilités de montage entre les composants ou en fonction de votre cadre. Pour les plus aguerris, l’achat de la ou des pièces pourra se faire aussi en magasin avec le conseil du vélociste mais avec un montage effectué par le client. Enfin, d’autres préféreront se lancer dans l’aventure de l’achat sur le Net et seront vite confrontés aux références multiples et aux spécificités pour chaque composant. Les pièces constituant une transmission ne sont pas standardisées et il existe, par exemple, près d’une dizaine de références pour un seul dérailleur avant et ce, rien que pour une marque !

Se lancer seul dans l’achat de composants et les monter soi-même nécessite un gros bagage technique avec des connaissances précises et un outillage adapté. Si vous décidez en plus de panacher les composants en fonction des marques, vous rencontrerez bon nombre de problèmes que nous avons mis à jour dans un protocole de test complet. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°291 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.