VTT au Chili: nouvelle Californie

tito-vtt-chiliÉternel voyageur, Tito le baroudeur, a traversé l’Océan pour quelques semaines de VTT et de surf en Amérique du Sud, et plus précisément au Chili. Écoutons-le nous raconter son fabuleux voyage…
Texte : Tito Tomasi Photos : FastFokus

L’avion décolle depuis Genève. Je quitte mes sommets enneigés des Aravis et de La Clusaz pour une terre plus chaude. Nous sommes au mois de février et je pars courir la Andes Pacifico à Santiago du Chili, une épreuve d’enduro. Loin de s’arrêter à la course, mon programme chilien se poursuit, quelques jours plus tard, avec l’équipe de réalisations audiovisuelles FastFokus. Cette compagnie menée par le Français Damien Vergez porte un projet de longue haleine. Sur deux ans, elle réalise la série Mtb Heroes dédiée au monde du VTT sur un format de 10 épisodes. Dont l’un d’entre eux m’est consacré en tant que baroudeur vététiste. J’ai pensé qu’aller explorer le Chili serait une bonne toile de fond pour un tel projet… Alors j’embarque mes carnets, mon Rocky Mountain Altitude et c’est parti !

Immersion à la Andes Pacifico
Mais avant, il me faut “survivre” à la Andes Pacifico. Cette course enduro de quatre jours jouit déjà d’une sacrée réputation tant par son “Anti-Grip” – ce terrain glissant et raide qui caractérise cette partie des Andes – que par ses exigences physiques et techniques. à mon arrivée, je rejoins l’équipe de l’organisation Montenbaik dans Santiago pour régler les derniers détails, avant de rencontrer peu à peu les concurrents. Nous serons 65 venus d’horizons différents, parmi eux, il y a pas mal de Chiliens, des Américains, des Italiens, des Mexicains… Côté Français, sont présents Fabien Barel, Nico Lau, Fred Glo, David et moi. Nous chargeons les pick-up le mardi pour rallier notre campement où nous attend un super repas suivi d’un briefing général sur la course.

1er jour de course
Le premier jour, nous partons du sommet de la station de La Parva à plus de 3 700 mètres d’altitude, que nous avons rejoint en pick-up, puis en télésiège. S’ensuivent 4 000 mètres de dénivelé négatif en 5 spéciales, c’est rapide, beau et intense. Le terrain est bien glissant comme prévu et le rythme imposé promet une sacrée compétition. Les paysages sont grandioses, avec ces glaciers, ces sommets arides et ces condors en haut. On traverse des zones “peuplées” de cactus, puis d’eucalyptus. Le soir, au camp Antawaya, après l’entretien des petits vélos, l’heure est à la détente. Au menu, bières fraîches au bord de la rivière et bon repas.

2e jour de course
La deuxième journée se déroule dans le même décor, c’est aride et ça roule très vite. Si certaines des 5 spéciales sont très longues et cassantes, d’autres, au bord de la rivière, sont plus joueuses et là je me régale pleinement. Les sensations reviennent peu à peu, cette reprise de la compétition ne se fait pas dans la facilité. J’ai assez peur de me blesser. Aux avant-postes Barel et Lau se tirent la bourre mais c’est le pilote Urge qui mène toujours à la fin de la journée.

3e jour de course
Au petit matin du 3e jour, pas de remontée en camion, aujourd’hui tout se fait à vélo. La journée promet d’être longue et chaude avec une température dépassant les 40 degrés Celsius. Mais finalement, l’ascension que nous redoutions se passe assez bien, avec une atmosphère d’aventure et de camaraderie entre les coureurs. Cette deuxième et dernière spéciale est tout simplement une merveille ! D’un format de 13 minutes environ, elle incarne bien l’esprit VTT de cette course et de Montenbaik, l’organisateur. Le soir, on saute dans des bacs d’eau fraîche et ça fait du bien. […]

  Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°293 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

VTT mag n°293

vtt-mag-293A la une de VTT Mag n°293 (juin 2015)

Dossier: Où rouler cet été ?
> Que l’on soit en repos dominical ou en longue période de congés, on n’a pas envie de laisser dormir son VTT au fond du garage mais plutôt de le mettre dans ses bagages et de profiter de notre lieu de villégiature pour l’utiliser sur d’autres chemins. Nous vous avons concocté une petite sélection de 24 destinations où le VTT a la part belle et où il fera bon vivre cet été. A vos shorts, prêts, partis !

Le sommaire complet :
– À la une : Le voyage de Tito au Chili
– Nouveautés 2016: Shimano, SRAM, Fox, Mavic, Specialized, Trek…
– Essai: Roues American Classic Wide Lightning 27,5” Sobre Cash
– Interview: Faustin Figaret
– Magazine: Selles & poivre
– Match XC polyvalent 29”: BMC Speedfox SF03 ; Scott Genius 950 ; Specialized Camber FSR Comp
– Flash: George Edwards
– Face-à-face XC pol. 27,5”: Rocky Mountain Thunderbolt 750 & Santa Cruz 5010 C
– Compétition: World Cup Lourdes
– Manifestation: La Jean-Racine
– Comparatif: 8 tiges de selle télescopiques au banc d’essai
– Découverte: Dans l’Aude, autour de Gruissan
– Dossier: Où rouler cet été ?
– Entraînement: programme Forme Express

Roc Argentina: le Roc sauce latino

roc-argentina-vtt-2015L’Argentine n’est pas seulement le pays du tango, des empanadas, des gauchos ou encore de Diego Maradona et Lionel Messi. Du 6 au 8 mars derniers, pour la deuxième année consécutive A.S.O. y organisait le Roc Argentina. C’est dans le cadre de la déclinaison de son concept Roc, engagée depuis 2013, que les équipes d’organisation sont allées explorer ces horizons sud-américains.
Texte Pierre Litchy – photos Maseventos

Après une 1re édition 2014 en Patagonie argentine, le Roc Argentina (dénommé alors Roc de los Andes) s’est déroulé cette fois-ci dans la province de Cordoba et en particulier dans la ville de Villa Carlos Paz. Clin d’oeil de l’histoire, l’événement était organisé sur la Costa Azul de cette ville touristique d’argentine. Organisée par A.S.O. en partenariat avec le ministère du Tourisme argentin, la manifestation vise à promouvoir la pratique du VTT dans le pays. Dans cet objectif, elle n’a rien perdu des fondamentaux qui font du Roc – dont elle est une déclinaison -, un véritable festival du VTT où toutes les disciplines sont représentées. C’est sous un soleil de plomb (30°C sur toute la semaine et 70 % d’humidité) que les 820 participants à cette 2e édition, venus de 9 pays, ont découvert un site très adapté à la pratique du VTT. Un terrain de jeu entre lac et montagne, au coeur d’une végétation typique du pays, proposant une variété importante de sentiers.

Trois courses phares
Parmi les 7 courses organisées, 3 courses phares ont animé le week-end. Le Cross Country Olympique, organisé dans les règles de l’art avec la FACIMO (fédération argentine), a réuni 233 concurrents qui se sont affrontés sous un soleil de plomb sur une boucle de 4,5 km proposant un parcours varié, technique, d’un très bon niveau. Cette épreuve comptant pour le championnat argentin a récompensé Franco Molina et Romina Gutiérrez qui furent les plus rapides de la catégorie élite. Comme en Europe, cette épreuve fédérale a donné lieu à de nombreux départs par catégories. Certains partant pour 2 tours et d’autres allant jusqu’à 6, sous les yeux des commissaires argentins.

La Descente, discipline reine en Argentine, a connu une bataille de haut niveau. Cette piste, rouverte pour l’occasion au prix de nombreux efforts, était restée fermée depuis une dizaine d’années. À l’époque, elle avait accueilli les championnats d’argentine de la discipline. Santiago de Santiago sort vainqueur de ce très bon circuit devançant l’un des meilleurs mondiaux de la discipline Cédric Gracia. Les 200 participants et plus de 500 spectateurs réunis sur la piste et sur la zone d’arrivée ont pu admirer et célébrer cette victoire qui s’est jouée à 5 centièmes de seconde. Cela restera sans doute pour lui un souvenir exceptionnel. La foule étant tellement chauffée à blanc, par cette lutte et par un speaker aux accents enjoués, que Cédric Gracia a mis plus de 30 minutes pour fendre l’assistance et réaliser les 100 m le séparant de son véhicule. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°292 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.