La suspension VTT pour les nuls

Confort, stabilité, motricité, adhérence… personne ne remettrait en doute les avantages des suspensions sur un VTT. Mais encore faut-il que ces suspensions soient bien ajustées pour profiter au mieux de tous ces bénéfices. Voici comment procéder, en toute simplicité.
Texte et photos : Stéphane Kiefer

Le réglage de la précontrainte
Le tout premier réglage à effectuer, c’est la précontrainte sur le ressort. Aujourd’hui, sur la grande majorité des fourches et des amortisseurs, le ressort est à air. Parce que l’air est beaucoup plus léger qu’un ressort hélicoïdal en acier ou en titane et surtout parce que sa plage de réglage est infinie, contrairement au ressort hélicoïdal qui doit parfois être changé en fonction du poids du pilote. Nous nous attacherons donc à vous parler du réglage en précontrainte sur un ressort à air. Cette valeur en précontrainte, qui dépend directement de votre poids, est liée à une pression d’air. Afin d’effectuer ce réglage, il faut donc s’équiper d’une pompe haute pression spécifique que l’on vient fixer sur la valve Schrader de la fourche ou de l’amortisseur. Ce réglage en précontrainte s’appelle aussi réglage du Sag (abréviation d’affaissement en anglais), le Sag étant l’affaissement de la suspension sous le poids du pilote. Ce réglage de Sag s’exprime en millimètre et il correspond à un pourcentage de la course totale de la fourche ou de l’amortisseur. Il dépend du poids du pilote mais aussi du débattement et du type de pratiques. Ainsi, on considère que ce Sag doit être compris entre 10 et 15 % de la course totale pour le XC en mode compétition, entre 15 et 25 % pour le all mountain, la rando sportive, entre 25 et 30 % pour l’enduro et entre 30 % et 35 % pour le freeride et la DH. Un petit exemple sera plus parlant. Votre fourche fait 140 mm de débattement et vous roulez en mode rando sportive. Votre valeur de Sag (enfoncement sous le poids du pilote) sera donc comprise entre 21 et 28 mm (15 et 20 % de la course totale de la fourche). Le but de ce réglage est donc d’ajuster précisément la pression d’air jusqu’à trouver la valeur de Sag adéquate en fonction du poids du pilote et de la pratique.

Le réglage en précontrainte de la fourche

étape 1 : pensez à désactiver tous les éventuels systèmes de blocage ou de durcissement de la fourche et à ouvrir la compression à fond.

étape 2 : […]

 Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°298 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Trek Top Fuel 9.8 SL

trek-top-fuel-SLLe mythique Top Fuel revient et il prend même la place dans la gamme 2016, du Superfly FS. Une toute nouvelle plateforme de cadre bourrée d’innovations fait donc son apparition et c’est en Boost et en 29” que nous le retrouvons dans une version haut de gamme en carbone et aluminium.
Texte : Philippe Palleron – Photos : Stéphane Kiefer

Sur le papier
La plateforme de cadre du Top Fuel de 2016 n’a plus rien à voir avec la version 2015 qu’il remplace, à savoir le Superfly FS. On se rapproche franchement des lignes des modèles à plus gros débattements Fuel EX et Remedy. Le Top Fuel opère de drastiques changements vis-à-vis du Superfly FS comme la douille de direction plus courte pour augmenter la rigidité et le contrôle des trajectoires, des triangles avant et arrière plus compacts avec tube supérieur plus sloping, des bases arrière en aluminium très asymétriques pour réduire leur longueur… Mais surtout, nous noterons un ingénieux système de changement de géométrie avec inserts appelé Mino Link qui permet de soit typer le vélo en format crosscountry soit de le rendre plus “polyvalent” avec une position plus couchée de l’avant et un boîtier de pédalier plus bas.

Une nouvelle “architecture” de suspension fait son apparition avec une biellette à orientation spécifique qui s’articule au plus bas de la boîte de pédalier, et non plus sous le tube supérieur, pour plus de rigidité et pour obtenir un centre de gravité plus bas. N’oublions pas non plus le système que l’on retrouve sur tous les tout-suspendus de la marque qu’est l’ABP où les bases s’articulent sur les haubans afin de limiter les effets du freinage sur le travail de la suspension arrière. Trek ne recherche toujours pas la légèreté à tout prix mais plutôt la fiabilité, la rigidité et la durabilité avec son cadre annoncé à 1 900 g sans amortisseur en taille 17,5’’.

Concernant l’équipement, Trek – qui a conjointement développé le Boost avec Sram – applique ce nouveau standard à son Top Fuel avec un boîtier de pédalier, des moyeux de roues et une fourche plus larges. Les suspensions en RockShox sont davantage présentes sur la gamme 2016 et sur notre modèle, on bénéficie aussi d’un blocage hydraulique pour l’avant comme pour l’arrière. Développé pour recevoir en priorité un groupe de transmission en monoplateau, on retrouve un panaché de Sram 1×11 vitesses de très bonne facture et surtout largement éprouvé. Les roues DT Swiss à système d’enclenchement rapide continuent d’avoir les faveurs du 9.8 SL et passent en version Boost. […]

Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°298 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

VTT mag n°298

vtt-magazine-298A la une de VTT Mag n°298 (novembre 2015)

SAV VTT : les procédures marque par marque
> Tout propriétaire de vélo neuf ou d’occasion est, un jour ou l’autre, confronté à un entretien ou une réparation. Le recours à un service après-vente est alors le passage obligé. Mais comment procéder ? Tout ce que vous souhaitez savoir est ici et ce sont les marques elles-mêmes qui vous répondent.

Le sommaire complet :

– À la Une : Portrait d’une famille à vélo
– Essais : Fourche Formula ThirtyFive 27,5“ en 160 mm ; Freins à disques Shimano XT M8000
– Essai XC compétition : Trek Top Fuel 9.8 SL
– Essai XC : Ritchey P-650b
– Interview : Fabien Barel
– Magazine : Selles & poivre
– Face-à-face XC Tout suspendus 27,5“ : GT Helion Carbon Expert Vs Lapierre X-Control 527
– SAV : ce qu’il faut savoir
– Saga : Orbea fête ses 175 ans !
– Mondial 2015 : les Français au top !
– Technique : Régler ses suspensions
– Découverte : Vallée de la Vézère en Dordogne
– Comptes-rendus: Ultra Raid de la Meije ; La Gamelle Trophy
– Magazine : Club Aventure Mont Saint-Quentin
– Conseils : Le gravel bike en détail

Les Brigades Vertes de la MBF: état des lieux

brigades-vertes-roc-azurLes Brigades Vertes ont été créées par la Mountain Bikers Foundation avec pour vocation la sensibilisation des vététistes aux problèmes environnementaux et cela par différentes actions. Depuis peu, les Brigades Vertes se sont lancées dans une nouvelle mission consistant à faire un état des lieux avant et après un événement VTT. C’est l’heure du bilan.
Par Stéphane Kiefer – Photos : MBF

La Mountain Bikers Foundation (MBF) a été créée il y a 6 ans. Cette association française a pour but de défendre les intérêts des vététistes, notamment face aux interdictions de circuler en VTT, et de promouvoir la pratique d’un VTT durable et responsable. Dès la première année, les membres de la MBF ont fait parler d’eux en effectuant un ramassage des déchets sur les parcours du Roc d’Azur. Les Brigades Vertes sont nées ! Des brigades que l’on peut reconnaître grâce à leur maillot spécifique. En 2010, c’est 250 kg qui ont été récupérés, 350 kg en 2011, 200 kg en 2012, 150 kg en 2013 et 120 kg en 2014. Cette campagne de sensibilisation semble avoir porté ses fruits puisque malgré l’augmentation des participants chaque année, le nombre de kilos de déchets ramassés est en baisse. À partir de 2012, la MBF s’attaque à la problématique de l’entretien des sentiers. Les Brigades Vertes ne font plus seulement du ramassage de déchet, mais également des petits travaux d’entretien sur les sentiers, bénévolement, ainsi que des actions de balisage sur toute la France. L’objectif étant que tout se fasse officiellement et en étroite collaboration et partenariat avec les institutions locales.

Une nouvelle mission
Depuis 2014, les actions de terrain deviennent de plus en plus nombreuses et se diversifient. En 2015, la MBF lance les nouvelles Brigades Vertes qui ont pour mission de réaliser un état des lieux des sentiers sur les grands événements afin de mesurer l’impact du passage des participants et d’aider les organisateurs à progresser vers des sentiers encore plus durables. L’objectif étant de permettre aux organisateurs de montrer leurs engagements en faveur de l’environnement et dans des actions durables et responsables sur les sentiers afin de pérenniser la manifestation ainsi que la pratique du VTT. Cette action de relevés avant et après l’événement permet aussi aux organisateurs de mieux connaître et d’anticiper les incidents de leur événement sur le milieu naturel et les sentiers. Pour cela, la MBF a développé une méthodologie spécialement adaptée à cette nouvelle mission des Brigades Vertes. […]

  Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°297 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

VTT d’occasion: affaires à faire

vtt-occasion-braderieDepuis quelque temps, le marché de l’occasion explose. Sites de vente en ligne très aboutis, rapidité des communications via les réseaux sociaux, smartphones connectés, marché du neuf pas toujours bien compris, pluralité de marques et de standards, etc., bref, les offres de matériel de seconde main sont nombreuses. Comment s’y retrouver dans ce monde géré entre particuliers ? Peut-on faire de bonnes affaires en achetant de l’occase ? Comment les dénicher ? Toutes les réponses à vos questions sont ici pour vous permettre de réaliser une transaction en toute quiétude.
Texte : Philippe Palleron – Photos : Philippe Palleron et Stéphane Kiefer

En premier lieu, il est bon de se pencher sur les raisons qui poussent à se laisser tenter par l’occasion. Plusieurs critères vont déterminer l’achat d’un vélo complet ou d’un cadre en occasion. On se tourne généralement vers l’occasion pour une question de coût. Comme pour une voiture, nous souhaitons acheter un VTT qui a déjà roulé car sa décote le place à un prix plus attractif que si ce modèle était neuf. Le futur acheteur s’est fixé un budget bien précis qu’il ne souhaite pas dépasser. Dans ce contexte, le particulier recherche sans avoir d’idée bien précise sur la marque ni le modèle mais plutôt en fonction de critères de pratique (XC compétition, randonnée sportive, enduro…), d’esthétique et de matériau préféré (cadre en carbone, alu, titane, acier…). Quand d’autres procèdent différemment en lorgnant du côté d’une marque prestigieuse voire d’un modèle bien spécifique dont il rêvait par le passé : un Yéti 575, un Santa Cruz Bronson, un Specialized Stumpjumper FSR, un Merlin, … Les pratiquants victimes d’une casse sur leur vélo et dont la garantie constructeur se trouve expirée optent aussi pour l’occasion afin d’y dénicher un modèle similaire pour récupérer le cadre. Enfin, dernière catégorie de clients potentiels à l’occasion, les passionnés du old school, de la rareté, de l’ancien, du vélo monté comme à l’origine, etc., qui vont chasser et chiner sans avoir en tête de modèle particulier mais se feront plaisir à dénicher la perle rare, le collector !

Qui propose des ventes de matériel d’occasion ?
Avec le développement d’Internet, les petites annonces sur papier ont quasiment disparu au profit de sites web spécialisés. Pionnier dans le domaine, eBay, lancé en 1995 a très vite ouvert sa page française avant d’être concurrencé par d’autres sites comme Leboncoin, Troc-Vélo, PriceMinister, ParuVendu,… Depuis quelques années, beaucoup de sites marchands – dont eBay en premier – ont séduit certaines enseignes professionnelles qui noient dans la masse des offres d’occasion quelques modèles neufs invendus, destockés, aux millésimes très anciens ou plus récents, qui ne séduisent plus les magasins ou les distributeurs. Il n’est pas rare non plus de constater quelques bonnes affaires à réaliser sur des sites où le vendeur est un professionnel déguisé en particulier (contact avec un numéro de portable) car la vente est en fait proposée par un magasin. Certains détaillants pratiquant les reprises, proposent aussi des vélos d’occasion à la vente : ce sont souvent de très bonnes affaires car ils ont été révisés par les mécanos des magasins. Enfin, les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) contribuent grandement à la diffusion des offres avec l’avantage certain que le vendeur fait partie de votre cercle d’amis et n’est donc normalement pas un inconnu ! Mieux encadrées et plus pros, les braderies de vélo sont très nombreuses dans toutes les régions de France et sont généralement organisées par des clubs cyclistes conjointement avec les municipalités ou encore par des enseignes renommées comme Decathlon avec son Trocathlon.

Acheter, oui mais comment ? […]

  Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°297 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.