L’avenir du vintage

MBK-Tracker-Hi-TechUn titre au parfum d’oxymore, le paradoxe idéal concernant un sujet d’actualité. Aujourd’hui il est possible d’accompagner son quotidien d’une sauce vintage très à la mode. L’écoute musicale retrouve le craquement du vinyle, les constructeurs automobiles ressortent des séries revues de leurs grands classiques et il est très simple de refaire son intérieur façon seventies. Qu’en est-il de notre sport favori ? Le VTT arrive à maturité et n’est plus un jeune premier, son passage dans l’ère vintage semble évident. VTT Mag se penche sur le sujet, début de réponse dans ces pages.
Texte : Stephane Ceccarelli – Photos : S. Ceccarelli et Génération Mountain Bike

Certaines disciplines cousines, comme le bmx ou encore le vélo de route, pour les citer, connaissent déjà l’engouement du phénomène vintage. Des courses ou des rassemblements sont organisés sur plusieurs jours, souvent en présence de vieilles gloires invitées qui font encore rêver leurs fans de toujours. Concernant le VTT, des rencontres existent également. Pour l’instant confidentielles, elles ne demandent qu’à se développer et s’ouvrir au plus grand nombre. Délicat, en même temps, de ne pas tomber dans le cliché un peu simpliste du passionné de vieilles machines, ancien “combattant” nostalgique en permanence à la recherche de l’accessoire poussiéreux qui va le faire voyager dans le temps sans faire appel à diverses variétés de champignons interdits à la consommation. Le vététiste vintage ne porte pas forcément une barbe broussailleuse et ne se nourrit pas exclusivement de pizza au tofu. L’idéal, afin d’éviter tout raccourci facile, était de rencontrer certains acteurs de cette mouvance en devenir. Parfois leur réponse est encourageante, preuve d’un réel dynamisme, même si celui-ci n’est pas toujours partagé par les Français, d’autres fois elle se fait plus mitigée, voire résignée face à un manque de participation évident.

La France à la traîne
Le phénomène vintage se propage à tous les stades. On peut meubler son chez-soi façon seventies, il est possible également d’écouter à nouveau des vinyles. Concernant le VTT, la France est incontestablement en retard, car c’est un sport encore jeune et son histoire est trop récente et assez méconnue. Si le vintage se développe beaucoup en Angleterre ou en Allemagne et en Californie, berceau du Mountain Bike où des rassemblements et des courses de VTT oldschool ont lieu régulièrement (Mountain Mayhen, l’Iconoclassic, la Old Classic Cabin, La Pro Closet Vintage MTB Gathering…), en France, les choses évoluent plus lentement.

Et les marques ?
Ce qui n’empêche pas le vintage d’avoir le vent en poupe : sur les salons, chaque constructeur historique affiche ses anciennes machines pour affirmer leur savoir-faire. […]

 Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°307 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Réparation sur le pouce

Le monde de l’économie collaborative accueille Ridy qui propose des services de réparation vélo sur la ville de Paris, sur votre lieu de travail, lors de votre déplacement ou à votre domicile. Lors d’une demande d’intervention, rendez-vous sur le site Ridy.fr qui vous géolocalisera, vous demandera les réparations à effectuer, puis validera le passage d’un technicien. C’est simple et rapide et c’est aussi possible pour votre VTT !
Rendez-vous sur www.ridy.fr

Kona Honzo en carbone

Kona-Honzo-carboneDécliné jusqu’alors en aluminium, titane et même acier, le Kona Honzo est doté pour 2017 d’un cadre carbone 29”, avec à la clé un gain de poids de 600 g par rapport à la version alu. Disponible dès à présent, ce semi-rigide appelé Honzo CR mise sur la polyvalence avec un cadre très sloping équipé d’une fourche en 120 mm et, pour les modèles les plus haut de gamme, d’une tige de selle télescopique. Existe en version Trail DeLuxe, Trail et Race.
Plus d’infos sur www.konaworld.com

Reco de l’Ultra Raid de La Meije

Ultra-Raid-de-La-MeijeL’URLM n’est pas un nom de code ! Rien de secret donc, tout va vous être dévoilé dans les lignes qui suivent. J’ai eu le privilège de reconnaître en exclusivité le parcours de l’URLM (l’Ultra Raid de La Meije) 2016. Accompagné par le noyau dur de l’équipe d’organisation, j’ai arpenté les sentiers de l’Oisans et des Cerces, entre Isère, Savoie et Hautes-Alpes, avec en point de mire… La Meije !
Texte et photos : Greg Jean

Depuis sa création en 2011, l’Ultra Raid de La Meije (URLM) n’a eu de cesse de grandir. Sans doute l’un des raids VTT les plus difficiles d’Europe, l’URLM propose des parcours exigeants et somptueux dans le massif de l’Oisans et conduit les amoureux du vélo de montagne dans des lieux, tour à tour, légendaires (Lautaret et Galibier) et intimistes. Parce que les pratiquants ne sont pas tous des champions ou des aficionados de l’ultra, l’URLM propose aussi des formules accessibles aux vététistes moins aguerris. C’est un évènement inédit et exclusif.

Un peu d’histoire
À sa première édition, 110 inscrits se répartissaient entre la course “Élite” et la formule “Rando 2 jours”. Au début, on comptait une majorité d’inscrits en “Élite” (course chronométrée). Aujourd’hui, c’est le contraire, sur les 550 inscrits le plus grand nombre privilégie le format sans chrono.Tout d’abord, le parcours “Ultra” propose un tracé exceptionnel, en haute montagne, dont 60 % se roule au-dessus de 1 800 mètres d’altitude. Le point de passage le plus haut est à 2 800 mètres et le plus bas à 1 100 mètres. Pour ses 5 premières éditions, moins de 40 % de finishers ont bouclé le parcours entre un peu moins de 9h30 pour les meilleurs et 13h pour celles et ceux qui ont passé avec succès les barrières horaires… Il s’agit véritablement d’un raid de haute montagne et c’est ce qui en fait son caractère inédit et exclusif ! Pour que le plus grand nombre puisse profiter de cet environnement exceptionnel et des parcours ludiques, l’évènement est décliné en sept formules : 2 compétitions chronométrées et 5 randonnées (voir les détails en encadré).

La sécurité
Pour prendre le départ il faut être équipé d’un sac “homologué” par l’organisation : 1,5 litre d’eau, un sifflet, une couverture de survie, un gilet jaune, un éclairage, une bande de strap, un kit de réparation, un téléphone portable chargé avec les numéros d’urgence enregistrés et désactivé du mode “numéro masqué”. Chaque sac est contrôlé avant le briefing de la veille : si le sac est ok, remise d’un brassard. Pas de brassard, pas de départ ! […]

  Retrouvez l’intégralité de l’article dans le n°307 en vente en ligne sur hommell-magazines.com.

Norco Ithaca, du gros fat

Norco-IthaquaPour réaliser ce nouveau fat bike de chez Norco appelé Ithaqua, la marque canadienne a visé la légèreté avec un cadre en carbone annoncé à seulement 1 350 g en taille M. Un gros travail a été réalisé sur la géométrie pour gagner en rendement et en rigidté avec des bases résolument courtes (à partir de 440 mm), des haubans dans le prolongement du tube supérieur… Le cadre peut être équipé en pneus de 26×5’’ ou de 27,5×4’’ et tous les modèles (3 au total) recevront une fourche rigide en carbone.
À découvrir sur www.norco.com